Category Archives: report

Go memories

I am calling back the many layers of the experience we had that day together, in november, through the spectrum of words. I remember we spoke English.

BEGIN

Sonia, Stéphanie, Carolina, Lisa, Caroline, Florence and I. 7.
A mix of affections and concentrations as we’re greeting each others.
Mutin’s space, a match box, opened on one end to the street with a late afternoon winter blue light. We gather in the center of the room. The dice rolls and pauses on 5. The Go score.

One is recalling the score:
Choosing objects (could be the same or not).
Finding together a place in the space. People defining by their position the borders of the “Image Space”. Bodies are included.

With an object, one is making a proposition, calling “BEGIN”, closing his/her eyes and measuring its lifespan by calling “END”. One’s proposition asks the others to offer their attention. We are looking at what a proposition is as we are showing each other something of the space.

Being patient. So each proposition can echo in each of us.
We are building a bank of perceptions.
So it can induce a dance that could move by itself.
“RESTART” is a useful call.

The clock rings aribitrary over our 30 minutes warm-up.
I find myself returning to the center. We all end up sitting around a bunch of objects. White is their color, providing a soft contrast with the orange-yellow wooden floor. Sharing the same color adds a kind of abstraction to them. But at this point I can’t help seeing a cup, a plastic spoon and a plate too. Without any signal, our many hands and fingers start to activate, as our senses. Objects gradually loose their names and declare their physical identities. Some roll, some jump, glide, glue, rebound, others make scratchy sounds, some sensual,bumping into, hiding each others. Some are the extensions of our limbs, extensions of our desire to play, others are the sources of our impulse to move. We play both these in and out ends and it sets the mechanism of an odd timing until it suddenly crackles everwhere, a campfire, an unlyrical orchestra of cartboard, plastic, skin, bone and eye and ear too – Later one will say this moment was the PROLOGUE and everything that followed would be “ante”, pouring backward to that moment.

RESTART. All objects have disappeared, we’re looking in and out. I feel the space of our attentions sharpens.

BEGIN, a white line draws curves forward in my direction, holding just a breath. END – Is it the ghost movement that I feel, moving towards me, for I feel going backward in a narrow space ?

I sense a second End. We all release our attention one step down. Many small ajustments around sitting and looking. Now is the zone, we are all free to play, anything. But instead, we seem cautious, inhibiting. Silence becomes crystal. Is it the aftermath of the proposition? Has our concentration locked us in in tension ? Has it been set by the value of our first restart?

Next to me, a body collapses and exposes a natural environment. BEGIN. A small vessel flies over revealing the body’s topography OR a continous touch of the laying aura. END.

BEGIN

The call asks me again to “virgin” my attention as to regsiter how the propositions accumulate without thinking about it. The image of seeds emerge, something is growing. A kinetic map of beats is being printed in my body.

END

The last two sessions in Mutin comes back to mind (5 – the Begin& End score). I remember bodies’ propositions all along the walls. Bodies have now withdrawn, objects are the characters. They move us. As if they were doors to enter the space, each with its own specificities, asking consideration in order to let us in.

My vision has suddenly selected all the human faces. Pale ovales projecting spaces in volumes. I sense a BEGIN. My head is moved to follow their choreography as I stumble down the floor on a white flat circle at an arm length, magnetic, shining. My eyes are attracted forward.
I hear me saying – BEGIN. It provokes an earthkwake in my senses and desire. But the circle grows, filling and fitting more and more my visual field. Light is touching all my front body. The space is getting warmer. Then I smell plastic, all is becoming black. I forecast real touch. END
END BEGIN

Somewhere here, there is a moment I can’t grasp where suddenly the communication seemed to have reached a stable point. I am lowering my guard somehow, after the intensity of all the previous tuning of singular timings. I don’t need to target my attention anymore. It feels our communication system [when our attentions sync, in a reprise modus operandi, when we can track the difference and the repetition beteween our propositions] went from frontal to peripheral in a Go way. Or was it just me? END END BEGIN
END

RESTART
RESTART
Time has slowed down in a jungle of arms, legs and torsos. One eye, sometimes more, sparkles in the density. The horizon has lost stability. Background goes front, ever suprising, with generous invitations to follow surfaces of textiles, tubes of light, bites of flesh, chains of breaths, upward, forward and down. Limbs have their own lives, here and there. My attention curves, everything is touch. No outside. I am taking part in a civil desobedience full of care. This is a long humid exhalation. Jonas makes the whale, as the whale Jonas. Nothing breaks but rolls. Another GO.

A concerto.

REPLACE

Switches of figures, like reorganizing the furniture of a room and still recognizing it. The background remains.

BEGIN

We are all looking in the same direction from one end. One many eyes (a déjà-vu : same pattern occured the last 2 sessions !). I notice the objects are spread all over. Space beholds. The carbon little creature walks in. Agile across the white proofs of evidence. I start to remember each. She is now the black cursor of my memory, playing back the whole run. Hands reach out from my eyes to move with her in time. She rolls, jumps, rebounds and bumps and crackles too. Reverse me. GO. Feeling of a revolution. Back to the Beginning. Other incursions. A little theater of light at the opposite end of the room. Or a box who becomes the princess with the red robe supported by caring figures. Many disappearences. END.

END.

Last call:
I wish this text was an invitation for others (you) to enter, filling gaps, resurecting memories, rotating into other points of view, twisting the timeline and language. So it can be more than me. A memories’ conversation? Can a memory be collective ?

 

Report Begin-End-Zone

(notes d’après les pratiques de septembre et octobre 2017, le numéro 6 tiré 2x de suite)

Score (6):
Chacun vaque à ce dont il et elle a besoin dans l’espace (=la zone).
Dès que quelqu’un perçoit pour lui-même une organisation ou le désir de communiquer quelque chose, il signale à voix haute BEGIN – “J’ai quelque chose à partager”. Les autres lui offrent leur attention en suspendant leur activité. La personne mesure son propre END et chacun retourne à son occupation (la zone).

Les calls – Begin/End –  sont tiraillés entre origine organique et décision artificielle. Trop tôt ou trop tard. “Quand je dis Begin, quelque chose a déjà changé”.

Pourquoi dire tout haut ce qu’on peut garder tout bas? Pourquoi faire l’effort d’un call? Tuning Score vs Free Impro

Au plus les règles/consignes sont respectées, au plus étranges, imprévisibles sont les conséquences.

Subitement, avec un Begin l’espace de la zone s’oriente, enceinte d’un centre de gravité, d’attention.

Entendre un Begin-End et mon attention me sculpte, m’orientant visuellement vers la proposition: l’occasion d’observer les décisions automatiques de mon corps lorsqu’il est guidé par ses sens.

Je dis “Begin”. A quoi est-ce que je donne de la valeur? qu’est-ce que je révèle/souligne/extrais de l’espace? Qu’est-ce que le End va cadrer?

Begin, End,… = report

La zone: propice à l’unisson sous-entendu Tutti

Begin-End: propice au solo, aux multiples formes de duos, trios, etc.

Et tous les Begin-Ends non-dits pour des mesures collectives plus grandes: les contaminations de Begin d’une proposition à l’autre, les mesures des chapitres, etc.

Suspense: est-ce que le Tuning Score (la composition collective/communication avec tous les autrescalls) se révèlera? quand et comment pointe t-il le bout de son nez? quelle est sa nature?

Tendance à taire un call parce que considéré comme évident par tout le monde. Puis-je développer une habileté à exprimer un call aussi simultanément que sa sensation est ressentie? Avant qu’il ne devienne affaire mentale?

Ce score entraîne la plupart du temps une occupation constante de l’espace, la zone. Antidote? Comment clarifier l’espace, l’orienter ? Réponse expérimentée: Begin-End pour des activités de watching.

Tentative de déf:

Les calls comme les actions physiques sont les outils explicites jouant sur la composition et la communication de l’attention et de l’imagination pour faire sens individuellement et collectivement – vers une expérience satisfaisante.

 

Session sept: Begin-End me semblaient appelé par chacun pour trouver sa place et son activité dans l’espace, composition collective et communication en découlaient

un monstre informe roulant sur lui-même, rebondissant lentement d’un mur à l’autre

Session oct: Begin-End me semblaient appelé avec l’intention de composer d’emblée collectivement

un scintillement d’échos d’artifices

Let’s sinusoid a talk! – #1 report

Quand l’un de nous – la TuningSpace bande – fait une proposition, il révèle, par les partitions qu’il partage et la façon de mener l’atelier, ce qu’il aime, ce qui le fascine, et ce qui a de la valeur pour lui dans la pratique du tuning score, boule disco aux multiples facettes: perceptives, poétiques, esthétiques, de communications, d’apprentissages, de comportements, parmi tant d’autres.

DSC_0040 DSC_0039

Baptiste partage un play-back de son premier jour d’atelier avec Lisa Nelson.

Nous sommes en cercle, assis, et Baptiste nous parle de VISION; de la VISION, de l’analogie entre le mouvement des yeux dans une conversation et les balles avec lesquels jongle le danseur sur scène.

Nous nous mettons par deux. En une minute, chacun décrit la dernière danse qu’il a remarquée, en portant attention aux mouvements de ses yeux, pendant que de parler.
L’activité devient double. Mon attention porte sur la fluidité du bagout. Je cherche à installer un flux continu de parole. Ma physicalité s’implique, les gestes des mains donnent support à la conversation. Quand ce flux s’installe en pilote automatique, mon attention attrape une rencontre entre la parole et le mouvement des yeux. Tantôt les yeux vont sur le coté, cherchent une mémoire et dialoguent avec l’environnement intérieur. A un moment donné, ils s’adressent en un contact yeux à yeux, directement à mon partenaire. La musicalité des yeux et la tonalité de la voix suivent une même mélodie.
Nous nous présentons l’une après l’autre en donnant à voir un moment, même court, de notre expérience. Une fabuleuse série de comportements des yeux imprègnent nos observations, et nous fait doucement glisser dans le cœur de l’expérience.

DSC_0022Nous quittons le cercle de parole, pour “getting physical”. Après 10 minutes de mouvement continu, PAUSE nous amène à regarder l’immobilité du mouvement comme une composition.
Je suis assise, jambes croisées, quasi au centre de l’espace, sous la verrière qui laisse passer la lumière du soleil. Je me vois sirène, cheveux aux vent, au bord d’une rivière de neige et de glace.
Puis, nous alternons mouvement et immobilité, les yeux fermés.
PAUSE à nouveau. Depuis cette pause, on me demande d’aller à l’autre bout de la pièce, les yeux fermés, en traversant l’espace.
Cette tâche me donne feedback à mesure que je l’acte, de l’endroit que j’ai quitté, de l’exigence géométrique que je pourrai développer en utilisant la vision, et du trouble joyeusement dérangeant de repérer l’espace par d’autres sens.
En gardant les yeux fermés, l’intention est maintenant de trouver une partenaire de jeu.
A tâtons, je reviens sur mes pas vers le centre de l’espace, ayant senti en chemin d’autres circulations alentours. Je touche un mouvement, d’épaule peut-être ? Ce corps est lui-même déjà en lien avec un autre, et nous nous retrouvons à 3. Après un temps d’amusement de la situation, je prospecte les solutions possibles et me résous à quitter, pour laisser se constituer le duo. Je continue ma route, et tombe à nouveau dans la situation similaire. Une main attrape la mienne, et la presse. Probablement qu’il est arrivé à cette personne la même chose que moi! La conversation a déjà commencé, en tout cas, le duo est constitué.

DSC_0030 DSC_0028

La partition qui nous est adressée propose une coordination entre le mouvement et la vision. Au singulier: pendant que je suis immobile, j’ai les yeux ouverts. Pendant que je suis mobile, j’ai les yeux fermés. Et une coordination au pluriel: quand ma partenaire est mobile, je suis immobile. Et inversement, quand je suis mobile, ma partenaire est immobile.
Est-ce que le flux du mouvement entre nos 2 corps peut être le plus proche de la continuité? Je suis aussi alerte que possible, je vais dans une vitesse de l’ordre du réflexe, du pari. Ca attise le jeu! Parfois, ça amène à ce que je “coupe la parole” à ma partenaire, comme mon mouvement la met en pause. La communication entre nous opère, puisque ma partenaire joue aussi cette stratégie!
DSC_0044La continuité devient maintenant stable quand on est très proches. Et si j’augmente l’espace entre nous, que devient-elle ? En jouant de déplacements et d’éloignements, nous allongeons nos antennes aussi loin que possible pour maintenir la conversation. Cela dit, le sol est très sonore, les autres duos dans l’espace brouillent mes fréquences et c’est à leur mélodie que je m’accorde. Alors je reviens plus proche. A tâtons je cherche à retrouver ma partenaire, pour entamer à nouveau la conversation. Maintenant, c’est la musicalité qui attire mon appétit de composition… Et de communication! Je fais un mouvement et me mets en pause directement après, pour entrainer le mouvement de ma partenaire. La réponse du tact au tac n’a pas toujours lieu, un temps de latence s’installe entre les 2 mouvements, et la continuité est rompue. Alors, je tente de marquer de façon aussi claire que possible la rupture de ce mouvement, en mettant un accent, en rendant la fin tranchante, perçante. Je m’appuie sur la puissance du souffle. Ici ça coule, je reconnais une continuité, on surfe toutes les 2 sur un même courant… d’air! Je ne suis plus occupée à lire si ça se passe, CA se passe. CA m’agit. CA nous agit. CA devient réflexe. Et rapide. Une parole en direct des cellules. Comme si le mental avait un temps de retard et était le dernier à être informé.

Et puis ce mirage nous quitte, et l’accordage décroit. Alors, nous franchissons un nouveau pallier, et recommençons à organiser la conversation.